Été 2015 Gaung Régénération#2 Au Bout Du Plongeoir Rennes

Merci

à François Possémé AU BOUT DU PLONGEOIR et à Étienne l’homme aux claquettes pour avoir  (entre autres) numériser cette période de répétitions

Etreinte.
Étreinte.

 

Conception pluie, gris bleu clair.
Conception pluie, gris bleu clair.

 

Echelle.
Échelle.

 

JU
Júlia
La grange, le radeau-grill
La grange, le radeau-grill
Gender Kaca
Gender Kaca
Gender Kaca, retrouvaille avec Mo'Ong en Octobre à Saint-Brieuc
Gender Kaca, retrouvaille avec Mo’Ong en Octobre à Saint-Brieuc
Installation, Cécile en lévitation.
Installation
Ceci n'est pas un spectacle...
Ceci n’est pas un spectacle…
Dessin in situ de Pascal Laloy
Dessin in situ de Pascal Laloy
Dessin in situ de Pascal Laloy
Dessin in situ de Pascal Laloy
Répétition
Répétitions
Concentration incarné
Concentration incarné
Répétitions
Répétitions
Restitution
De vidéo, restitution
De vidéo, restitution
De vidéo, restitution
De vidéo restitution
De vidéo, restitution
De vidéo, restitution
De vidéo, restitution
De vidéo, restitution
De vidéo, restitution
Démontage
Démontage
Fenêtre fin
Fenêtre fin
François Possémé.
François Possémé.

Intense donc

et pour ceux qui suivent

la pierre tombé de l’inconnue que nous pensions

être

images. 2 . jpgn’est pas

le modèle pour peintre

mannequin central dans le travail de la Cie

est un ancien mannequin d’artiste

puisque l’on a croisé son frère sur les panneaux Decaux Parisiens

puis

au Musée Bourdelle à Paris

http://www.dailymotion.com/video/x2mvvfe

deuxième Zazart

la rencontre avec François Possémé

et puisque son travail sur Maïakovski a résonné pour lui et que l on appelait ces modèles d’artiste les parisiennes au 18eme Siècle, finissons avec ce poème

Une Parisienne

Vous vous imaginez

                        les femmes de Paris

le cou couvert de perles

                                 les mains,

                                            de diamants…

Débarrassez-vous de cette image

                                           la vie

                                               est plus cruelle ;

ma Parisienne

                   à un autre apparence.

Je ne sais pas, à vrai dire,

                               si elle jeune

                                              ou vieille,

jusqu’au  jaunâtre

                        polie

                           dans cette goujaterie lustrée.

Elle

      travaille

                dans les toilettes d’un restaurant

un petit restaurant

                        la Grande Chaumière.

Après avoir bu du Bourgogne

                                   on peut avoir envie

pour se soulager

                       d’aller faire un tour.

La tâche de mademoiselle

                            est de donner les serviettes

Elle est

          dans ce travail

                            tout simplement artiste.

Pendant

            que dans la glace

                           tu observes un petit bouton,

elle,

      souriant,

                     de sa bouche gercée,

en rajoute sur la poudre,

                                    asperge de parfum,

tend le papier toilette

                        et épongera une flaque.

Esclave de la gastronomie

                                   loin du soleil

dans le puits des waters

                        toute la journée

                                   comme une punaise,

pour cinquante centimes !

                                 (Au cours du tchervonets

environ

            quatre kopecks

                              par bonhomme).

Au lavabo

            je me lave les mains

et respirant

            les drôles d’odeurs

                                   de la parfumerie

perplexe

            à propos de cette demoiselle

Je veux dire

                à Mademoiselle :

– Mademoiselle

      votre aspect,

                        excusez-moi,

                                     est pitoyable.

Détruire votre jeunesse pour des waters

                                               ça ne vous fait pas mal au coeur ?

Ou bien

            on m’a menti

                             sur les Parisiennes,

ou bien

           Mademoiselle,

                            vous n’êtes pas parisienne.

Vous avez la mine

                        tuberculeuse

                                       et fanée.

Des bas en laine,

                        pourquoi pas en soie ?

Pourquoi

            ne vous envoient-ils pas

                                     des violettes de Parme

ces « moussieux » reconnaissants

                        et au porte-monnaie rempli ?

Mademoiselle se taisait

                             le  vacarme tombait

sur la salle

            sur le plafond

                            et sur nous.

Faisant tourner

                   son joyeux carnaval

Montparnasse bourdonnait

                                tout rempli

                                   de Parisiennes.

Excusez, s’il vous plaît,

                              ces vers affranchis

et la description

                      des flaques malodorantes,

mais

       c’est très dur

                        à Paris

                                     pour une femme,

si

   la femme

              ne se vend pas

                                  mais travaille.

1929 Vladimir Maïakovski

 

Nous prenons la route pour Amsterdam, performer, pour le festival Robot Dock  ADM 20 ans …. et fermeture du lieux   ……..

A Bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s