Darmasiswa : La rentrée !

Bonjour,

Apres une rentrée protocolaire assez impressionnante quasi militaire : la veritable rentrée!

les cours commence a 7h 30, les éleves semblent evidemment avoir dans leurs corps ces sonorités si particulieres du gamelan.

 

Premier jour de cours
Premier jour de cours
Monsieur Supari

c est parti pour un an…  …minimum…

Un professeur huit eleves pour le matin et 15 eleves pour quatre professeurs l apres midi (partition percusive, tres impressionnant)

Cours de musique mais de corps aussi : 1h 30 assis en tailleur. Et de langue bien sur. L`envie  germe de concocter un « reportage«  sur cette universite des arts indonesiens.

La semaine prochaine nous allons jouer le spectacle Les voisins dans un village pour une fete de … purification, je crois…  je vous en dirais plus…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

galerie

Demain matin des enfants-garçons viendront nous appeler aux alentours de 5 heures :  « Mister ! mister ! » et quand j’ouvrirais la porte, ils partiront en riant et courant, ce sera peu après le chant de muezzin. Est-ce un chant cet appel pour que nous nous levions avant le levé du soleil, ou juste un rappel si le tambour ne t’as pas fait rêver ?
Et comme le sommeil t’appelle tu te recouches en sachant qu’à 7 heures les enfants-filles viendront dire : « Mises, Mises wake up»
C’est un mystère tu as manqué quelque choses ? Un épisode.
Peut-être parce qu’il faut éteindre l’ampoule à l’extérieur, celle qui devant chaque maison éloigne les mauvais esprits durant la nuit. Tu vas seulement ouvrir la porte, sans passer le seuil, elles ne partiront pas en courant, mais continueront leur marche tranquille, certaines se retournant toutes étouffant à peine leurs rires.
Nous sommes arrivés à  Karanganyar, qui sonne Hongrois, qui pourrait dire dans cette langue le coin du virage. Sommes-nous partis ? Surement car nous avons le sentiment d’être arrivés.
Il faut tout oublier, ça se dit comment en Javanais ?
Oublies le javanais, tu ne t’es jamais intéressé au breton.
Plus de fils. Lire fils comme fil au singulier
Tout est strates. Ici.
Il pleut, et ici la pluie ne fait pas semblant.
Pas de chronologie, des superpositions.
Comment pensé autre chose, avec son système passé de pensé.
A coté, un champ emplit de grenouille qui niquent et qui s’appellent, c est le soir, la nuit arrive vite.
Croa croa cro-croa .
Puis crO ۝ oa –  puis mai mai mai comme le fait le crapaud, quoi
Même ceux qui semblent d’accord se contredisent dans ce champ devenu en un éclair marécage.
Chacun son garap, ici, nous sommes subjugués. Combien sont-elles, t-ils, sont ce des grenouilles, des crapauds, des toqués, des gecko, des crapaudes et des grenouils, des reinettes ou petits rois, plus des poules peut-être, si, si on en a vu elles avaient même des plumes.
La techno la plus percutante est mise au banc. L’unplegged electro. Merde, la nature.
Inquiet pour le précieux sommeil, tu penses que la période est ouverte, tu ne sais pas encore que ce sera l’unique soir à cette intensité.
Un croachequestre. Nous ne sommes sur de rien. Il y a de la musique derrière, avec,ensemble, ou sont ?
Croa croa cro-croa .
Puis crO ۝ oa –  puis mai mai mai comme le fait le crapaud quoi ?
Point d’exclamtion, fermer les guillemet, virgule espace a la ligne
Un contrebassiste est venu les accompagner, un orgue peut-être, un orgue asthmatique.
Si ca continue je prends l’accordéon. Qui cogne sur les bambous ? Le vendeur de souper, le cinq jambes ? Ce sont les grenouilles, elles se sont armées ? Decrescendo, en chœur
En chœur de grenouille. Si si puis solo lamento, si bien orchestré, silence, deux secondes d’un incroyable silence, un silence cache un silence. Nous nous regardons avec les yeux d’un veau devant le nouveau portail. Crac ou schkrack ou et-ou. Un éclair juste, un tonnerre, la, puis reprise. Plus fort, plus vite. Non, idem comme si rien n’était. Ce non rythme est en rythme,
Croa croa cro-croa .
Puis crO ۝ oa –  puis mai mai mai comme le fait le crapaud
C’est dansant, viens ici dansons, oh ! si l’ on nous voyait sous la pluie oh ! Regarde la rigole que j ai fait pour que le citronnier ne baigne pas dans l eau, elle se marre. Schlak. Schlak.
Ce sera toute la nuit. Jusqu’à demain
Croa croa cro-croa .
Puis crO ۝ oa –  puis mai mai mai comme le fait le crapaud , quoi ? c
C’ est le printemps apres tout.
Ensemble, puis en strate, ai-je bien entendu ?
What is it ? in our garden ? Ce sont deux grenouilles qui niquent. Elles nous regardent les regarder.
Niquent-elles-til ? l’une sur l autre j aurais cru a un mouvement de va et vient.
Ce n’est pas un signe. Si c’est un signe tout devient signe, ici. Dans le jardin, nous les regardons, effarés. Un moment partagé. Elles nous regardent aussi, l’un puis l autre. Chacun retourne à son étonnement après ce petit moment qui nous inscrit dans la vie de l`autre.
Un appel ?
Pardonnez-moi de m’exprimer librement
Il pleut dru.
Il pleut fort,
Il pleut la et maintenant.
C’est impossible ce son que nous entendons.
Ce n’est pas la saison des pluies, il ne peut donc pas pleuvoir, c’est pour bientôt.
Demain on nous dira qu’il ne pleuvra pas demain, comme hier, tiens, sont-ils bretons ces javanais pour voir le soleil derrières les nuages ?

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Meline dit :

    Petit commentaire apres la lecture de ce texte qui fait du bien, du beau, du bon tabac.
    Je suis toujours en Armenie, je vous y attends!
    Bachikner Julia jan ev Arno jan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s